un homme dessine un prototype de site internet

Tout le monde en a un pourtant personne n’en tire le même “jus”. Au départ il y a vous, votre entreprise, un projet quelconque et l’idée d’exister sur internet.

Mais pourquoi faire un site internet au juste ?

Voici quelques-uns des objectifs les plus courants :

Vendre un produit ou service sur internet

Le cas le plus évident est de disposer d’un produit ou service qui peut se vendre sur internet. Parfois le commerçant utilise une boutique en ligne comme extension de son magasin réel, dans l’idée d’atteindre une nouvelle clientèle et d’augmenter ses ventes.

Aujourd’hui nombre de e-commerce ne sont que virtuels et n’ont pas de structure physique autre qu’un bureau. Tout est externalisé, du stock à la livraison en passant par la comptabilité.

On trouve des e-shop de matériel informatique, de livres, de vêtements, fruit et légumes, vins, tout et n’importe quoi.

Les services se vendent aussi très bien sur web, par exemple le coaching et autres cours en ligne ont le vent en poupe. On a aussi l’habitude de réserver ses billets d’avion, un spectacle et depuis peu les rendez-vous chez le coiffeur, le médecin, etc.

La place de marché sur internet est immense et concurrentielle. Les prospects sont partout mais vous devrez jouer des coudes pour attirer leur attention, les faire venir sur votre site et conclure la vente. C’est ce qu’on appelle le webmarketing.

Faire connaître sa marque et augmenter sa notoriété

Dans certains cas on voudra seulement faire raisonner sa marque auprès d’un segment de client, c’est-à-dire un groupe de personnes aux caractéristiques communes. Je rencontre souvent des clients dont le primo-objectif est de s’adresser à toute la planète, pourquoi se le refuser puisque internet est ubiquitaire ?

Parce que c’est impossible, ni en temps ni en argent. Préparez-vous dès le début à déterminer une audience qui sera votre cible. Peu importe vos efforts et moyens, il faudra s’adresser à une population précise. Par exemple les femmes entre 25 et 45 ans dans la région de Lyon qui ont de l’intérêt pour le vêtements et la mode.

Plus on tire large plus les efforts seront grands pour atteindre la cible. Commencez par le marché local, une région linguistique, votre ville, département, les 100km autour de chez vous, etc.

En général on utilise les réseaux sociaux comme vecteur de notoriété et les campagnes (payantes) sur le mode CPM (coût pour 1000 affichages).

Ouvrir une vitrine visible partout 24h/24

C’est la typologie de site la plus connue, le site dans sa fonction originelle : présenter de l’information. Cela s’apparente à une plaquette qui présente les principaux services de votre entreprise, généralement accompagnés des menu “contact” et “qui sommes-nous”.

L’avantage d’internet c’est qu’on peut y accéder à toute heure et depuis n’importe où. Votre site devient donc consultable même la nuit et il n’est pas rare que certaines transactions se concluent en dehors des heures de bureaux. J’en veux pour preuve les sites de rencontre dont l’activité croit avec l’arrivée de la nuit.

Dans tous les cas sachez qu’aujourd’hui les jeunes générations ont le réflexe Google lorsqu’il cherchent quelque chose. Terminé le temps des annuaires papiers, les prospects sont sur internet et ils vous cherchent.

Il en va de votre crédibilité. Alors on y va, on crée son site en 3 étapes.

Faire un blog pour le fun ? Ca peut rapporter.

Combien de bloggers et autres vloggers (vidéo blogger) se lancent chaque jour ? Des milliers.

Phénomène de mode ou réelle intention commerciale ?

Je remarque que beaucoup de bloggers n’ont aucune audience, souvent par manque de régularité dans la publication, un contenu peu pertinent, une structure de site hasardeuse, etc. Bref, la majorité de la blogosphère est composée d’individus aux propos plus ou moins intéressants, souvent comparables à un journal intime.

Etonnante entreprise que de publier sa vie personnelle sur internet ! Le phénomène est en peine croissance et les plus malins d’entre-eux savent tirer les bonnes ficelles.

Un blog intéressant, drôle, des images incroyables, bref des contenus à forte valeur ajoutées sont la clé du succès. Les réseaux sociaux sont les catalyseurs de l’audience et renvoient massivement le trafic vers le site du blog ou la chaine du youtuber.

Une fois qu’on a un audimat d’au moins quelques centaines de visiteurs par jour, au moins 1000 si possible, alors s’ouvre la fantastique porte de la monétisation d’audience.

Vous allez pouvoir vendre des produits/services de manière directe ou indirecte (affiliation) à vos visiteurs, intégrer des publicité d’annonceurs dans vos contenus et constituer des revenus mensuels.

Certes faibles au début, mais après quelques mois de travail acharné, ces revenus pourraient rapidement remplacer votre salaire, ou le compléter.

Nous verrons cela très prochainement dans un prochain article.

Laisser une réponse