Les développeurs professionnels le savent bien : le cahier des charges est la clé de voûte de tout projet de création de site web. Sans ce document, le projet court le risque d’aller tout droit à l’échec.


Un cahier des charges bien pensé est donc une étape importante dans la conception d’un site internet. Comment établir un cahier des charges ? Voici quelques éléments à prendre en compte.

Le cahier des charges : pièce maîtresse dans la réalisation d’un site

Avant même d’envisager de passer à la phase d’exécution, le cahier des charges s’inscrit comme l’étape de planification sur laquelle l’ensemble du projet reposera.

Lorsque l’on souhaite créer son propre site, il est tout à fait naturel d’être impatient et de vouloir exécuter ses idées le plus rapidement possible. Le résultat, pour les plus pressés, n’est bien souvent pas à la hauteur de leurs attentes et n’atteint pas les objectifs de départ.

A ce titre, le cahier des charges est le document qui permet de spécifier l’ensemble des éléments du site, forçant le créateur à penser à tous les critères inhérents au site et à se projeter dans l’avenir.

Un passage obligé qui nécessite un travail de réflexion et qui permet également, dans la plupart des cas, de faire mûrir un projet avant même qu’il n’ait vu le jour.

Quel doit être le niveau de détail ?

Dans l’absolu, le cahier des charges d’un site web est un aperçu détaillé de chaque page, permettant d’obtenir une vision globale du futur site.

En outre, si le projet fait intervenir d’autres acteurs (graphiste, développeur etc.), le cahier des charges permet de partager la vision du projet dans son ensemble, au même titre que les objectifs à atteindre, pour toutes les activités liées au projet soient harmonieuses et synchronisées.

Si votre approche semble être bien clair dans votre tête, il est impératif de coucher la trame de votre futur site noir sur blanc. Le fait de formaliser votre projet vous engagera à vous poser les bonnes questions et à envisager certains aspects auxquels vous n’avez peut-être pas pensé.

Par ailleurs, le fait de rédiger votre cahier des charges vous permettra de revenir sur certains points pour les modifier ultérieurement, pour les améliorer ou pour en revoir les tenants et les aboutissants.

Les composantes principales du cahier des charges

D’une manière synthétique, le cahier des charges s’articule autour de quatre composantes principales (je développe plus de catégories plus bas dans cet article) :

  1. L’architecture du site: structure de navigation, fonctionnalités de l’interface et back-end
  2. De design du site, c’est-à-dire la conception : son apparence, son ergonomie, les relations entre les différentes pages
  3. Le contenu: les textes proposés sur chaque page, les appels à l’action
  4. Le back-office : l’ensemble des éléments permettant au site de fonctionner de manière optimale

En tout premier lieu, le cahier des charges doit rappeler l’objectif ou les objectifs principaux du projet. Dans cette première partie, il s’agit de répondre aux questions suivantes :

  • Pourquoi un site web ?
  • Quelle est la vision du fondateur du projet ?
  • Quels sont les objectifs à atteindre ?

En fonction des réponses à ces questions, l’axe sera différent (vitrine, e-commerce, blog…) au même titre que le contenu du site, le choix des fonctionnalités et outils à mettre en place.

Après avoir défini les objectifs, il convient de réitérer les éléments inhérents à la cible.

  • A qui s’adresse-t-on ?
  • De quoi les utilisateurs auront-ils besoin ?
  • Comment leur parler ?

Dans les agences, les spécialistes du marketing en ligne définissent un buying persona, c’est-à-dire un profil type de client / utilisateur par segment de marché.

Souvent, le buying persona prend des traits humains, jusqu’à avoir une personnalité et des caractéristiques propres, au même titre qu’une famille, un travail et des loisirs… et même un nom et un prénom !

Si le marché auquel s’adresse le site est, a priori, simple à définir, la réflexion quant aux traits des utilisateurs et à leurs attentes permet de rester focalisé sur leurs besoins. A l’instar du process utilisé dans le design thinking, il s’agit de réfléchir à l’usage que vont faire les internautes du site et de répondre à cet usage lors de l’élaboration du cahier des charges

L’architecture et arborescence du site web

Lorsque l’on réfléchit à l’architecture d’un site web, c’est-à-dire son arborescence, les éléments à prendre en considération sont les suivants :

  • La navigation: choisirez-vous un fil d’Ariane (c’est-à-dire un système de navigation secondaire indiquant à l’utilisateur sa position sur le site), une navigation dynamique, une navigation par fonction, par étapes ? Il convient de réfléchir à la navigation la plus aisée pour les internautes, mais également la plus efficace en termes de référencement naturel (SEO). En effet, même si votre site propose des contenus attractifs pour les utilisateurs, ils ne suffisent pas à lui donner de la visibilité. Il s’agit de réfléchir, en amont, à la hiérarchisation des contenus pour faciliter la navigation et améliorer le SEO.
  • Les composantes des pages du site: contiendront-elles des commentaires ? des avis de clients ? une fonctionnalité de recherche ? des champs de textes ? un pied de page ? des appels à l’action ? des widgets ?
  • La conception de l’information: quel sera l’ordre de priorité accordé aux différentes informations proposées sur votre site ?
  • Les fonctionnalités: il s’agit de lister les différentes fonctionnalités de chaque page, par ordre de priorité. Page par page, dans le cahier des charges, les fonctionnalités sont présentées et détaillées. Par exemple :
    • Sur la page produits, insertion d’une fonctionnalité de vente en ligne
      Description : permettre aux clients d’ajouter facilement un produit dans leur panier et de commander en créant simplement un compte client
    • Sur la page Presse, mise à disposition d’un espace réservé aux journalistes
      Description : Permettre aux journalistes d’ajouter du contenu directement en accédant via un nom d’utilisateur et un mot de passe
    • Sur le pied de page, encart « newsletter »
      Description : Fonctionnalité permettant à tous les visiteurs d’entrer leur adresse mail et leur nom pour s’abonner à la newsletter gratuite
L'arborescence du site web

L’arborescence permet d’obtenir une vision globale sur les différents éléments du site et leurs interactions.

Au-delà des éléments de structure, pensez à concevoir une arborescence cohérente. Cette dernière servira non seulement à vous procurer une meilleure vision du site, mais également à assurer une navigation efficace pour les utilisateurs et les moteurs de recherche.

La charte graphique

Lorsqu’un site est conçu pour une entreprise existante, il s’agit de coller au plus près de la charte graphique en place. En effet, il est important que le site s’inscrive dans une continuité de l’image de l’entreprise, reprenant ainsi les couleurs, le logo et les différents visuels existants.

Lorsqu’un site est une création de toutes parts, les choses sont différentes. Interviennent alors des considérations de goût mais également d’image. Style épuré ? décalé ? classique ?

Pour faire un choix éclairé, il est important de se souvenir des caractéristiques inhérentes au marché cible et à leurs attentes. Un rapide tour d’horizon des sites concurrents, s’il en est, permet d’avoir une idée globale de ce qui est actuellement proposé et d’envisager des facteurs différenciants intéressants.

La charte graphique inclura notamment les éléments suivants :

  • Couleur dominante
  • Couleur(s) secondaire(s) pour les titres, les boutons etc.
  • Troisième couleur
  • Logo à utiliser (avec éventuellement des variantes)

Les contenus du site web

Après avoir défini l’arborescence du site à concevoir, il est impératif de lister l’ensemble des contenus disponibles ou à prévoir. Les contenus regroupent notamment :

  • Les textes
  • Les images et les photos
  • Les éléments à scanner

Pour chaque type de contenu, il est important d’en estimer le volume, afin d’envisager le nombre de pages à créer. Il est tout à fait possible que l’analyse du contenu existant et nécessaire modifie l’arborescence du site initialement envisagée.

Les fonctionnalités

Les fonctionnalités proposées sur un site web sont étroitement liées aux objectifs du site, à sa raison d’être et au marché cible.

En outre, chaque fonctionnalité doit être pensée pour apporter de la valeur ajoutée au site, pour améliorer l’expérience utilisateur et pour produire des résultats significatifs.

Fonctionnalités (modules) site web.

Les fonctionnalités d’un site web doivent faire partie intégrante d’un cahier des charges car elles conditionnent beaucoup d’aspects (et une portion importante du coût). Dans les logiciels de création de sites web ou les CMS, ces fonctionnalités sont souvent prises en charge par des modules / plugins.

Voici quelques exemples de fonctionnalités d’un site web à envisager dans le cahier des charges :

  • Une fonctionnalité de chat, une messagerie instantanée permettant aux utilisateurs de communiquer directement avec le service client ou l’administrateur du site. Un système intéressant, particulièrement lorsqu’il s’agit de faire en sorte que l’utilisateur reste sur le site et aille plus loin dans sa démarche. Les bots sont également envisageables pour un trafic plus important.
  • Un forum, un espace dans lequel les utilisateurs sont invités à discuter entre eux.
  • Un blog, permettant la rédaction d’articles en lien avec la thématique du site et de booster le référencement naturel
  • Une galerie de photos et/ou de vidéos
  • Une inscription à la newsletter
  • Des boutons de partage sur les réseaux sociaux
  • Une carte Google maps
  • Un accès protégé réservé aux clients
  • Un formulaire de contact
  • Un catalogue de produits et la vente en ligne
  • La possibilité pour les visiteurs de choisir la langue du site
  • Une fonctionnalité permettant aux utilisateurs de donner leur avis
  • Un système de prise de rendez-vous

Le référencement

Pour être visible, un site internet se doit d’être conçu d’une manière compatible avec le fonctionnement des moteurs de recherche. Il existe 2 champs principaux du référencement naturel (SEO) : le on-site (toutes les actions entreprises sur le site lui-même) et le off-site (les actions externes).

Le SEO (Search Engine Optimisation) est une activité complexe et en constante évolution. Si vous y portez de l’intérêt, j’écrirai peut-être prochainement un article à ce sujet.

Pour l’heure, je vous conseille simplement de toujours opter pour des actions qui satisfont au mieux les besoins de vos visiteurs. Google et les autres moteurs de recherche deviennent de plus en plus « intelligent » dans leur capacité à reconnaitre les sites de qualité, allant dans le sens d’une demande utilisateur.

La description fonctionnelle du back-office

Lorsque l’on réfléchit au back-office d’un site, il est important d’avoir une vision à long terme. Même si la partie back-office d’un site tend souvent à être négligée.

Par exemple, un site d’actualités qui prend de l’ampleur nécessitera, à terme, l’intervention d’auteurs et de rédacteurs pour être alimenté en contenu. Ceci signifie qu’il convient de prévoir, en amont, une fonctionnalité de création de compte tiers avec l’ajout d’articles en autonomie pour les personnes désignées.

Le back-office doit également prendre en compte l’intégration d’outils et de fonctionnalités. Par exemple, pour vendre en ligne, il sera peut-être nécessaire de faire appel à une plateforme Prestashop ou à un système de paiement particulier. Ces derniers pourront-ils être intégrés dans le site à venir ? De même qu’il est envisageable, alors que le nombre de clients augmente, de proposer un service client via une messagerie instantanée gérée par un tiers.

Le back-office est également en relation directe avec le suivi des résultats : commandes, paiements, stocks (pour les sites de vente en ligne) ou données chiffrées sur le nombre de visiteurs, taux de rebond, etc.

Hébergement, nom de domaine mail et adresse(s) mail

Dernier point, mais non des moindres, l’hébergeur, le nom de domaine et l’adresse mail, à définir en amont. Encore une fois, cette étape nécessite une vision à long terme, surtout si le volume d’utilisateur est amené à augmenter de manière significative.

En conclusion

Cet article ne se veut pas exhaustif. Il couvre néanmoins un certain nombre de points importants relatif à la création d’un cahier des charges.

Si d’autres points importants vous viennent en tête, n’hésitez pas à les mentionner dans les commentaires !