Le Responsive design est l’un des termes cultes qui contaminent sévèrement le jargon des geeks du net.
Plus qu’une simple dénomination, le R.D fait désormais partie intégrante des cahiers des charges de certains projets Web.
Le terme reste cependant méconnu d’untel et d’unetelle. Même les pros du domaine n’en cernent pas complètement toutes les facettes.
Rentrons dans le vif du sujet.

L’esquisse d’une définition

Un site pouvant se vanter de pouvoir complètement s’aligner sur les principes du Responsive Design, doit offrir à ses visiteurs une expérience de lecture divertissante, à 10 mille lieues de la gêne et de l’inconfort.
L’internaute doit pouvoir surfer en toute sérénité quelle que soit la nature du terminal qu’il tient entre les mains. (Smartphone, PC hybride, laptop, tablette…).
Sont absolument interdites :

  • L’obligation de redimensionner 20 fois sur 10 et ensuite dézoomer pour pouvoir atteindre le point final de chaque phrase. (Ne pas avoir à recadrer sur chaque page, ça soulage).
  • L’impossibilité de lire diagonalement, impliquant des défilements multi-directionnels constants.

Les différents moyens d’affichage de contenu

Créer un site dédié revient à associer à chaque type d’écran un site qui lui est propre et exclusif.
Il sera donc question de concevoir autant de sites que d’appareils ciblés.
Certes, la rapidité est au rendez-vous mais les inconvénients ne tarderont pas à se manifester.
Apparaîtra donc un problème de « plagiat » étant donné qu’il s’agira du même contenu mais aussi un problème de maintenance à multiples niveaux.
Il est également possible de mettre sur pied une application mobile qui fonctionne sous iOS, Android et Windows Phone et de la faire référencer au sein des stores correspondants.
Cela impliquera donc de développer dans divers langages, d’investir dans les licences appropriées et de mettre à disposition de vos fans un contenu que Google et autres ne peuvent indexer.
Plus encore, vos changements ne seront pas forcément constatés si ceux qui ont téléchargé votre application ne procèdent pas personnellement à sa mise à jour, si mise à jour il y a.
Le responsive implique une adaptation à tous les dispositifs.
Non seulement, les internautes peuvent bénéficier d’une aisance de navigation mais grand point positif pour vous, Google propulse en haut de sa liste de résultats les sites les plus respectueux du confort des cyber-addicts.
Il faudra cependant, procéder à diverses simulations et tests, mettre en pratique des connaissances techniques en béton, et y consacrer du temps.
Vous pouvez vous aider des Framework de Bootstrap ou de Foundation.
Il y a aussi Pure et les bases Motherplate, Knacss et autres.
Finalement, le Responsive Design n’est qu’une solution parmi d’autres mais ne sera jamais l’alternative miracle à votre manque de popularité.