Site web gratuit, les pièges à éviter

les pièges à éviter dans la création de site internet

Les éditeurs de sites gratuits fleurissent sur la toile et tous les moyens sont bons pour vous faire signer un essai gratuit. Mais qu’y a-t-il derrière cette gratuité ? Voici ce que vous devez savoir avant de vous lancer dans la création d’un site gratuit.

Le temps de création est souvent sous-estimé

Que ce soit Wix, Strinkingly, imcreator ou autre, tous proposent une offre de service de création de site gratuite. On ne vous demandera pas de carte de crédit et vous pourrez effectivement publier un site sans débourser le moindre centime.

Mais vous l’avez compris, il faudra mettre les mains dans le cambouis puisque vous allez devoir élaborer le site vous-même. Certes les tutoriaux, rubriques d’aides et autres guides ne manquent pas mais entre le choix du template, son adaptation à votre image et la rédaction des contenus cela va demander un certain temps.

La rédaction c’est difficile

La partie rédactionnelle est en générale la plus difficile et sous-estimée. Il relève en effet de vulgariser votre offre ou service en se mettant à la place d’un visiteur qui ne connaît rien de votre entreprise. Quelle est votre plus value en une ligne ? Que proposez-vous en un mot ? La concision est votre amie et cela oblige à repenser votre offre en simplifiant à l’extrême.

Les internautes n’ont que quelques secondes à vous accorder et s’ils ne comprennent pas immédiatement l’objet de votre site ils n’iront pas plus loin.

Comptez au minimum 1-2h de démarrage du projet, 4-8h pour adapter le template et 4h par page pour la rédaction et les différentes adaptations. Total minimal pour un site de 3 pages : environ 20h.

Les heures vont défiler assez rapidement si vous souhaitez intégrer un module e-commerce, des éléments graphiques sur-mesure ou de la retouche d’images, la création d’un logo, etc.

Alimenter le site par des nouveaux articles chaque semaine

Faire vivre le site est également chronophage puisque pour exister aux yeux de Google il faudra publier régulièrement des articles. J’entends par là au moins un article par semaine de 500 mots mais idéalement au moins 2 ou 3. Si on part sur une moyenne de 2 articles par semaines au début, comptez 1 à 2 demi-journée de travail.

Vous serez plus efficace avec l’expérience mais au début il faut trouver son style, les titres, les sujets et ne pas oublier de joindre au moins une image à chaque publication. 

Vos fichiers seront captifs du service d’édition de site

Ce n’est pas un problème au départ mais il peut arriver que vous souhaitiez changer de prestataire en cours de route. On peut citer le cas où votre site devient populaire et qu’il demande des ressources technique supplémentaires ou des capacités de serveur particulières.

Et là, pas moyen de toucher quoi que ce soit aux réglages des serveurs lorsque vous avez opté pour une solution de site builder. S’impose alors la nécessité de déménager son site sur une plateforme d’hébergement plus flexible, voir le comparatif.  Le hic ? On ne vous donnera pas accès à (tous) vos fichiers et il sera alors impossible de migrer votre site vers un autre service.

Intégrez dès le départ vos ambitions de conquêtes du web dans le choix de l’éditeur de site. Si vous espérez grandir rapidement ou pensez avoir besoin de ressources infrastructurelles à la carte (mémoire, CPU, disque dur, etc), choisissez une offre en conséquence.

A savoir, tous les éditeurs de sites sont adaptés aux projets de petite envergure et à moindre budget.

Les offres gratuites sont limitées

Dans le cas d’un projet de site plus ambitieux, on préférera un hébergement de type VPS pour des prétentions plus hautes et un logiciel type WordPress et woocommerce ou prestashop/magento pour l’e-commerce. Dans ce cas les coûts seront d’autant multipliés, une structure sur-mesure (et adaptable) qui accueille quelques dizaines de milliers de visiteurs par mois peut couter entre 200€ et 500€ par an.

Je ne parle pas ici des autres services souvent nécessaires à un site de taille « moyenne » (CDN, SSL, emails, monitoring, etc.) qui s’ajoutent à la facture. Sachez simplement qu’ils représentent de 50€ à 100€ par mois à eux seuls.

Rassurez-vous, pour commencer pas besoin de tout cet attirail, c’est seulement pour vous donner une idée de que coûte un site avec un trafic de plusieurs milliers de visiteurs par jour.

Le nom de domaine personnalisé est toujours payant

Ce qui fait sauter le pas vers les offres payantes est tout simplement l’utilisation d’un nom de domaine personnalisé. Tous les site builders sont calqués sur le même modèle de tarif : c’est gratuit avec un bandeau publicitaire et pour utiliser son propre nom de domaine c’est payant. En moyenne cela cout 10€ par mois soit 120€ par année.

Concrètement, vous pourrez avoir une URL du type mon_site.wixwebsite.fr gratuitement mais pour avoir mon_site.fr il faudra payer.

Les modules e-commerce

Là aussi, lorsque vous voudrez intégrer un e-shop avec un catalogue de produit et des moyens de paiement il faudra débourser quelques euros par mois.

Les adresses emails

Du moment que vous avez acheté une offre permettant l’utilisation de votre propre nom de domaine, vous pourrez en général utiliser une adresse email associée. Mais la(es) suivante(s) sera souvent facturée en sus.

Qu’est ce qui est vraiment gratuit ?

Alors, après tous ces nota benes, est-ce qu’un site web gratuit est vraiment…gratuit ?

Oui et non.

L’hébergement est gratuit

L’hébergement est toujours gratuit, c’est à dire la mise à disposition de votre site sur internet. Ici pas de surprise, vous pouvez ajouter à peu près autant de textes et images que vous souhaitez, on ne va pas vous proposer de payer pour augmenter l’espace disque.

Et pour cause, les coûts de stockage sont devenus insignifiants tant la technologie a évolué. Il n’y a qu’à voir les prix du célèbre service de stockage en ligne dropbox.

Les outils de création sont gratuits

De même les outils de création sont gratuits sans limitation.

Souvent on vous offre même un catalogue d’images pour intégrer dans votre site. C’est très bienvenu étant donné le prix d’une seule image dans une banque d’images (env 10€ !).

Donc vous pourrez réellement publier votre site gratuitement, en échange une petite bannière publicitaire sera visible sur vos pages.

Quels sont les coûts cachés ?

Vous l’avez compris, les sites gratuits ont deux coûts cachés évidents. D’une part les prestations supplémentaires qui sont présentées comme une option mais qui en fait sont quasiment indispensables.

L’autre cout caché est lié à votre temps qui a une valeur horaire même si vous n’allez évidemment pas vous auto-facturer votre temps.

Le nom de domaine personnalisé

Si on considère que l’utilisation d’un nom de domaine personnalisé est un élément indispensable puisqu’il incarne l’unicité de la marque, alors le site « gratuit » coûtera une dizaine d’euros par mois.

Dans le cas contraire, si on peut se satisfaire d’une adresse web imposée (partiellement) alors le site est entièrement gratuit.

Votre temps

C’est une question de cout d’opportunité, en sommes vous devez être conscient que votre temps a un cout, celui de ne pas faire autre chose. Et si faire autre chose vous rapporte plus que le prix d’une agence web ou d’un freelancer, alors vous devriez considérer la possibilité de mandater un prestataire.

Evidemment cela n’inclut pas la notion de plaisir de découvrir par soi-même le plaisir de créer son site qui peut compenser largement une certaine inefficacité. Loisir ou projet professionnel, à vous de gérer votre projet web de la manière la plus épanouissante.

Personnellement je fais souvent un mix des deux, en développant/rédigeant certaines parties et en outsourcant d’autres qui ne nécessitent pas mon expertise.

Les avis usilitateurs

  1. Jacque 23 décembre 2017
    • Marc Mornex 16 mars 2018
  2. Developpeur Web Paris 30 mai 2018
    • Marc Mornex 17 juin 2018

Leave a Reply